J’envisage de faire un site multilingue

site multilingue
J’envisage de faire un site multilingue

Vous envisagez de déployer votre activité à l’international ? Excellente idée, c’est d’ailleurs une des vocations du web. Toutefois, créer un site multilingue suppose une stratégie plus complexe, ainsi que des techniques bien déterminées, notamment dans la structure de site web. La recommandation générale à ne pas oublier serait : mettez-vous dans la tête des cibles du référencement. Audience et robots de recherche inclus, s’entend.

Définition d’un site multilingue

Il s’agit d’un site disponible en plusieurs langues, par exemple en français, en anglais et en portugais. Ces langues sont généralement indiquées à l’aide de la petite icône représentant un drapeau. Cela signifie que les pages du site sont lisibles en plusieurs versions selon le nombre de langues ainsi présentées. Remarquons tout de suite qu’il ne s’agit pas d’un site disponible en plusieurs versions, qui font finalement plusieurs noms de domaine (ex : monsite.fr et monsite.uk), mais d’un site comportant des sous-domaines ou des répertoires en langues différentes (ex : monsite.fr/fr et monsite.fr/en).

Le site multilingue permet d’accéder à un public plus large, et ainsi de vendre plus. Par exemple, pour un site exclusivement rédigé en français, on peut toucher jusqu’à 120 millions d’internautes, tandis qu’avec l’anglais on peut compter jusqu’à 500 millions de lecteurs potentiels. Il s’agit donc d’un aspect important de la stratégie de référencement. Par ailleurs, le fait de viser un public plus international implique des moyens plus spécifiques.

Au-delà du simple multilinguisme, il s’agit aussi de cibler des régions. Par exemple, il existe différents types de langage français parlé selon le pays (France, Belgique, Suisse, etc.) de même qu’on parle un anglais différent aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Les exemples sont nombreux, et dans ces cas, il ne s’agit pas seulement d’utiliser plusieurs langues, mais d’essayer d’atteindre un groupe de locuteurs bien précis.

Architecture d’un site multilingue

Il existe deux possibilités, que nous avons brièvement évoquées plus haut : les sous-domaines et les répertoires. Prenons l’exemple du nom de domaine monsite.be, qui sera un site belge multilingue disponible en français et en anglais.

Les liens en sous-domaines vont donner :

  • be/fr (français)
  • be/en (anglais)

Les liens en répertoire vont donner :

  • monsite.be (français)
  • monsite.be (anglais)

Le sous-domaine est plus long à référencer, mais représente une adresse plus pertinente pour les annuaires. De son côté, le répertoire profite d’emblée de la popularité du site.

Dans les deux cas, il est possible de greffer les nouvelles pages sur un site déjà existant, mais il convient de respecter certaines règles pour un référencement réussi. Et au cas où vous disposez d’un site générique, pensez à configurer l’option de ciblage international sur Google Search Console.

Bien entendu, il est possible de créer plusieurs sites, chacun étant dédié à un public en particulier. Toutefois, cette solution est à la fois chère et chronophage. Sachant qu’il est possible de bien référencer un site multilingue, cette solution est souvent préférable. Un site unique est d’ailleurs plus facile à entretenir.

Home-5-SEO-Experts-Image
Je veux tout savoir sur le référencement

Je veux être acteur de ma réussite sur Google

Nous avons mis en place une structure dédiée à tous ceux et celles qui veulent faire leur référencement eux-mêmes. Grâce à des formations, des guides et du coaching, nous vous donnons toutes les clés pour faire passer votre site en premier sur Google.

Référencer un site multilingue : importance du contenu

En proposant plusieurs langues, un site web doit prendre en compte les spécificités régionales. Une étude sémantique préalable est donc nécessaire pour identifier les mots-clés les plus pertinents pour chaque cible. Par exemple, si vous vendez des baskets au Royaume-Uni, vous travaillerez sur le mot « trainers », pour les États-Unis vous utiliserez plutôt « sneakers ». Outre ces différences de vocabulaire, il faudra aussi prendre en compte les références culturelles, qui vous aideront à rédiger des contenus pertinents.

Il est donc indispensable de travailler avec des rédacteurs ou traducteurs parfaitement bilingues, qui sont capables d’introduire les nuances propres à chaque langue. Par ailleurs, si vous vous contentez de proposer une traduction littérale, vous risquez de sortir des phrases peu naturelles, qui sont peu favorables à un bon référencement. En effet, Google pourrait les considérer comme du spam. Au cas où vous manquez de moyens pour solliciter les services d’un professionnel, il existe certains outils assez intéressants (mais pas sûrement efficaces) sur le web pour traduire votre site. Le plus populaire, et déjà performant dans plusieurs langues, est Google Traduction. Il y a aussi les dispositifs intégrés comme Polylang, WPML, Weglot, Transposh ou Qtranslate X pour WordPress, et Traduire Tout pour Prestashop.

Est-ce difficile de réaliser un site multilingue ?

DIFFICILE À MAÎTRISER
EFFICACE POUR LE SEO
INVESTISSEMENT (temps ou argent)

Utilisation de la balise hreflang

Cet attribut est aujourd’hui reconnu par deux moteurs de recherche : Google (93 % du marché européen) et Yandex (Russie). La balise hreflang sert à informer les moteurs de recherche dans quelle langue votre site est disponible, et quel public vous visez. Grâce à hreflang, vous pouvez indiquer la langue et la région.

L’attribut hreflang comporte plusieurs parties :

  • le lien concernant une autre page
  • la partie hreflang qui décrit les lecteurs visés. Vous pouvez y définir soit la langue seulement, soit la langue et la zone géographique.
  • La partie indiquant l’URL de la page qui est destinée au public précédemment ciblé

Il existe trois méthodes pour la mise en place de l’attribut hreflang :

  • Dans les pages HTML, section « head ». Vous y définissez la version (langue) par défaut, les autres versions possibles et une page de remplacement destinée aux internautes de tous les pays autres que les cibles. Cette dernière page est définie par la valeur x-default.
  • Dans l’en-tête HTTPS : c’est surtout utile pour les contenus non disponibles en HTML, par exemple les textes et images en PDF.
  • Par le sitemap XML

Voici quelques recommandations pour utiliser efficacement l’attribut hreflang :

  • Référencez toutes vos pages, c’est-à-dire la page principale et les variantes traduites.
  • Mettez en place des références d’attribut hreflang bidirectionnelles, c’est-à-dire que chaque version de la page doit pointer vers les autres versions.
  • Indiquez clairement les associations langue-région, en priorisant la langue, puis en indiquant la région (optionnel). Dans le cas inverse, le moteur de recherche risque de ne pas comprendre.
  • N’oubliez jamais de définir la page de remplacement avec la valeur « x-default ».
  • Veillez à ce que l’URL canonique et l’attribut hreflang correspondent, et souvenez-vous que l’URL non canonique ne doit pas être référencée dans la définition hreflang.
  • Utilisez des URL absolues lorsque vous définissez votre attribut hreflang, cela évitera aux moteurs de recherches d’effectuer une mauvaise interprétation.
  • Employez la même méthode pour implémenter l’attribut. Choisissez entre HTML, HTTPS et sitemap XML puis cantonnez-vous à cette méthode unique. Si vous en combinez deux ou trois, cela entraîne l’envoi de signaux mixtes en cas de problème.

Pourquoi c'est important d'avoir un site multilingue ?

Parce que 72% des internautes visitent des sites dans leur propre langue.

Parce que 56% des internautes favorisent la langue du site par rapport au prix des produits.

Parce que 42% des internautes n'achètent jamais de produits dans l'autres langues.

Les bonnes pratiques pour un site multilingue

Il ne suffit pas de référencer ses pages avec hreflang et de mettre en place des contenus traduits. Il est également nécessaire de faire appel aux bons instruments et appliquer de bonnes pratiques.

Pour une optimisation réussie à l’international, voici quelques outils très intéressants :

  • SEMrush, qui permet à la fois de corriger d’éventuelles erreurs hreflang, de trouver des mots-clés « internationaux » selon l’audience ciblée et de connaître votre positionnement dans les résultats de recherche.
  • Search Metrics, plébiscitée par environ 100 000 utilisateurs dans le monde, fournit des recommandations ciblées et des analyses de trafic très utiles.
  • Google Trends : comme son nom l’indique, cette application vous éclaire sur les tendances de recherche sur Google, un indicateur précieux pour définir vos mots-clés.

Le netlinking géolocalisé est également conseillé. Créez des backlinks de qualité à partir de sites localisés dans la zone ciblée, ainsi que des sites utilisant la langue que vous souhaitez mettre en avant.

Suivez la formation en rédaction de contenu pour éviter le syndrome de la feuille blanche. Passez au niveau supérieur !

Les erreurs à éviter pour un site multilingue

On n’y pense pas toujours, mais certaines erreurs sont très préjudiciables au développement de votre site à l’international.

  • Mélanger les langues sur une page. Cela induit une mauvaise expérience utilisateur, entraînant le départ immédiat des visiteurs. Or ce phénomène est pris en compte par Google dans le référencement de votre site.
  • Disposer des liens entre des pages de langues différentes. Mettez-vous à la place du lecteur, si, en cliquant sur un lien situé sur une page en français, vous atterrissez sur une page en russe, cela risque de vous fâcher.
  • Paramétrer les langues dans l’URL SEO : cela est susceptible de détériorer le référencement Google de la page en question.
  • Produire des contenus selon la langue de navigateur ou l’adresse IP de l’internaute.
  • Créer des contenus dupliqués. En effet, si par exemple vos contenus s’adressent à des Anglais britanniques et américains, vous devriez parler d’un même sujet sur des axes différents pour éviter le duplicate content. Choisissez les bons mots pour mettre en avant les spécificités de chaque langue.
  • Traduire bêtement vos contenus sans considérer vos cibles
  • Ne pas informer Google des différentes langues disponibles sur votre site

Les 6 étapes SEO pour être premier sur Google

POUR UN POSITIONNEMENT DURABLE ET EFFICACE SUR LES MOTEURS DE RECHERCHE

Je mets mon site en conformité

Nous étudions votre site d’un point de vue technique et vous fournissons une liste détaillée de toutes les actions à mener.

Je choisis mes mots-clés pour plus de trafic

Nous analysons les mots-clés les plus pertinents de votre secteur pour rendre vos actions futures plus rentables.

Social-Media -Marketing-Icon Je rédige du contenu pour séduire Google

Impossible d’être premier sur Google sans un contenu de qualité. Nous pouvons vous conseiller ou le faire pour vous.

Je fais parler de moi sur d'autres sites

Nous pouvons faire publier vos articles sur des sites à gros trafic pour vous apporter plus de visiteurs.

Je booste mes résultats pour être 1er

Nous créons des liens de qualité vers les pages de votre site pour les faire monter en première page sur Google.

Je fais un suivi chaque semaine

Un suivi hebdomadaire vous donne aperçu des positions gagnées ou perdues dans le but d’adapter votre stratégie rapidement.

Besoin d'aide pour votre SEO ?

Nous pouvons vous accompagner dans votre projet SEO. Nous réalisons aussi des formations à distance, dans nos locaux à Bruxelles ou même chez vous. On vous recontacte dans les 48 heures.